Délia Romanès...

Publié le par Lady Angel




On m'en avait parlé. On m'avait dit "tu verras, tu vas te sentir hors du temps, oublier tous tes soucis et te balader pendant une heure trente entre rires et larmes".
On m'avait prévenue. On m'avait presque tout raconté. Et Délia a chanté...
Elle est magnifique, généreuse, vraie...
On m'en avait parlé. On avait juste omis de me dire l'émotion, ... énorme.  Le violon qui s'emballe, le violon qui pleure, qui danse et les mains qui frappent, la voix de Délia qui monte et moi, assise, sur les planches en bois, bouche bée de trop vouloir en dire.





Il y avait la troupe aussi. Sans artifices ni filet. Ils ont défilé sous la chaleur torride du chapiteau. Chaude la toile, chaude l'ambiance, je ne savais plus. La pluie perlait sur mon visage au travers de la grand' tente, ça m'a fait sourire.
Je les regardais et chaque fois la goutte qui me tombait sur la joue me faisait sursauter. Ca faisait partie du spectacle!





Je les regardais et je trouvais leur authenticité extrêmement belle. Ils avaient choisi de vivre leur vie de nomades et de l'arrêter pour quelques mois en plein coeur de Paname. Ils étaient Italiens, Roumains et surtout Tsiganes dans l'âme.
Le violon s'affolait. Mes souvenirs aussi...
Sur l'air d'Ederlezi j'ai retrouvé des souvenirs laissés il y a 30 ans en Croatie, dans ma famille, au coeur des vallons perdus. Je me demande si ce petit village existe encore. J'y étais cet après midi. Le violon m'a ramenée là bas, dans ce pays démantelé qui n'existe plus : la Yougoslavie...
Je ne sais quel tsigane m'a prise par la main, m'a emmenée sur les traces de mes grands parents en quelques notes. Le spectacle était sous la toile et dans ma tête, grandiose.







*******

Alexandre Romanès est issu de la grande famille Bouglione. Désireux de renouer avec les racines tsiganes du cirque et ses plaisirs nomades, il décide de créer son propre spectacle. Pour cela il achète un petit chapiteau et quelques caravanes, reproduisant la magie transmise par son grand père sur la piste. Il rencontre Délia. Lui Italien, elle roumaine, leurs deux cultures ne vont plus en faire qu'une pour servir le monde tsigane auquel ils appartiennent désormais.
Une grande famille qui se produit actuellement à Paris et ce jusqu'au mois de Janvier. Du pur bonheur sans strass ni paillettes, avec juste un violon, une contrebasse, une voix et quelques battements de mains...
Courez-y ou cliquez sur ce lien pour le découvrir...en musique.
http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&VideoID=62479844



Publié dans Le Pastel de Nan

Commenter cet article

Sylviane 11/01/2010 06:05


Quoi, rien de neuf par ici ?
Hé hé, reprise pour moi tout en douceur, alors à toi d'en faire autant histoire de ne pas me laisser tout seule hein lol.
Gros bisous ma puce, Syl


:0091: :0010: :0085: 03/01/2010 08:41


bonne et heureuse année 2010


lastirokoi 01/01/2010 18:04


BONNE ET HEUREUSE ANNEE POUR TOI ET LES TIENS,LADY...


BONHEUR JOIE SERENITE ET SANTE

L.IROKOI


bernard 31/12/2009 21:19


Meilleurs voeux pour cette nouvelle année. A+


Aduna Fael 30/12/2009 20:22


Pas de nouvelles, bonnes nouvelles, j'en déduis que tu es encore dans la danse ma belle, hé hé !!!