Entre Paline et Parapluie...

Publié le par Lady Angel

Hier :



clique sur l'image pour avoir l'odeur
Rochefort en Terre (Morbihan Mai 2009)

Nan en était sûre, elle n'avait jamais senti cette odeur là ailleurs. Ce matin là il régnait des odeurs de gâteau jusque dans sa propre cuisine. C'est qu'il avait du se lever sacrément tôt Yannick ce jour là pour aller taquiner la paline. Les belles encore fumantes craquaient dans le panier et les premiers kouign-aman se doraient la pilulle sous leur carcan de verre.
Elle avait failli craquer. Elle avait failli s'arrêter pour plus qu'un sourire et sortir quelques pièces de son sac en échange d'un de ces régals.  C'est que Yannick avait la manière. Il vous callait en un tour de main son petit précieux dans la pogne, vous enfournait dans le gosier autant de bouchées sucrées qu'il le pouvait et vous taquinait l'ouïe autant que les papilles avec forces cabrioles, disocurs redondants et morceaux choisis.
C'était sur la grand place en face de la maison de la Galurette.
Il venait de repeindre sa façade, Nan venait de voir éclore ses premières roses et la brume de Bretagne naissait derrière les volets.



*******

Aujourd'hui :

Je ne sais pas ce qui m'a pris. Certainement la fringale ou un rêve un peu trop fougueux qui m'a virée hors du lit mais je me suis retrouvée, sitôt levée, debout et non affalée devant le premier café qui passe. Plus halluciant encore, j'avais à peine engrangé une once de sommeil que je me sentais ragaillardie pour recommencer. C'est que la soirée avait été un peu allongée sur le matin et que les paupières étaient un peu traînantes. Plus de notre âge tout ça, même presque assoupies devant un karaoké d'un autre âge. 
J'avais décidé ce matin là de faire plaisir à ma cop plus endormie que moi dans le lit du loupiot. Les hommes étaient partis pour le week end se dégourdir les guibolles sur le synthétique et  à défaut de ballon rond j'entendais bien jongler avec une tite gourmandise de mon cru. 
Le look un peu défraichi je me suis mise en quête d'une boulange pas trop éloignée du bercail pour faire plaisir sans trop en faire non plus. Faudrait pas voir à courir la ville pendant que d'autres auraient pu le faire à ma place et roupillent de tout leur saoul la panse bien rebondie -pas ma faute si certains se sentent visés, je n'ai cité personne!-
Lors donc, fraîchement bardée de la meilleure volonté qui soit- si si-, je sors le blase dehors pour tâter l'atmosphère. Et si celle du dedans est encore moite, celle du dehors n'est guère plus attrayante. Fait frisquet dans ce satané pays de craie et je me demande bien quel blaireau aurait l'idée saugrenue de mettre le nez dehors avec un temps pareil. Il n'y en a qu'un semble t'il et mon anorak l'entoure. Ouai, n'en déplaise à mon coach, j'ai claqué l'anorak pour les premiers jours de juin. Ca me redonne une ambiance de couette, ridicule certes mais en même temps comme le blaireau voyage souvent seul, peu de chance qu'on me remarque !
La tenue se complète par le premier truc chipé dans l'armoire : le seul jeans qui traîne jusqu'au sol et que j'enfile sans talons pour une fois...
Ca drache dehors et j'arrache sauvagement du garage le premier parapluie...cassé qui passe par là. Je vais à petits pas , légère et court vêtue, ayant mis ce jour là pour me rendre à la ville, cotillons simples et souliers plats... Oui, sauf que passés les premiers jardins que je découvre, la pluie redouble; et que la course qui pouvait être une promenade de mise en forme prend soudain l'allure d'une course d'endurance. Le croissant se fait désirer. Les stores sont baissés et la première boulange me passe sous le museau. M...e ! Je pense à la seconde, ça me balladera. Je patauge dans la mouise: elle est closed. c'est pas vrai, je ne vais pas devoir aller là-bas? ???? Ben si ma grande. Tu vas balader ta blaireauterie jusqu'à la prochaine et à pinces en plus, voir la pluie tomber maintenant à verses, ouvrir ton parapluie de blaireau confirmé et affirmé la panoplie; parce que ça y est le "pébroque" a rendu l'âme et pend sur le côté comme une voile déchirée. L'eau attaque par le bas et remonte le long du jeans jusqu'aux genoux, je suis un blaireau humide !
Et dire que j'ai une machine à pains, et dire qu'elle va peut être se réveiller à midi, et dire que je ne sors jamais le dimanche matin chercher du pain... je laisse les autres le faire! Je sers mon petit sac contre moi. L'a intérêt à les bouffer ses pains au chocolat, l'a intérêt à les savourer les tartines et à pas me réclamer des croissants au beurre. Je livre en string les gourmandises à madame qui ouvre un oeil réclacitrant. Le jeans est resté dans le sous sol à sécher. Manquerait plus qu'elle ait pris sa bagnole pour aller au pain pendant tout ce temps, manquerait plus que ça....

Je l'entends qui ronfle, c'est bon signe... Les croissants auront le temps de sécher !






Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bernard 15/06/2009 21:13

Je me suis bien marré avec ton histoire pleine d'humour. A+

Christine... 15/06/2009 15:18

Je vois que c'est une habitude de faire traîner les soirées entre copines !! Mais la dernière fois, c'était moi qui étais réveillée la première .... et toi la dernière !!
Heureusement, une brioche toute dorée nous attendait dans la cuisine, car il faisait un froid de canard et je n'aurai jamais osé sortir !!
Alors ... ces croissants ... ils étaient secs quand elle s'est (enfin) réveillée ? ??
La prochaine fois, c'est moi qui vais à la boulangerie ... promis !!
Plein de bisous doux ma Lady !!

ps : bravo, tu as trouvé une devanture aux couleurs de ton blog ... superbe !!

Bandolera 14/06/2009 18:38

MDR !!! Allez, avoue, les croissants auraient été plus fades sans cet épisode pluvieux qui paraissait sans fin ... Je suis sûre que vous les avez dégustés ces croissants, et que les rires étaient de la partie !!! Désolée pour le loupé de vendredi mais en ce moment, en dehors du travail, c'est ... presque le néant et ça finit par me faire peur !!! Je me prends une semaine pour Chambley, l'occasion certainement de se revoir là-bas, sans faute de ma part !!! Gros bisous Nath !

Aduna Fael 14/06/2009 09:35

Sacrée mise en bouche pour un dimanche matin, ça tombe bien j'allais justement déjeuner, hé hé !!! Bien à toi, bises, Adû

Lady Angel 14/06/2009 11:07


Si tu passes par Reims, n'hésites pas à venir sonner avec les pains au chocolat ! lol
Bises cher Prince
Lady;-)


Ptitsa* 12/06/2009 09:07

Même pas le temps de te laisser des zibous avec ce (biiiiiiip) de nouveau système de post de comm' qui les envoie dès qu'on va à la ligne ! alors je te les mets là... smmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmouiiiiiitch!!!!