La Ritournelle...

Publié le par Lady Angel




Photo perso Lady Paris Mai 2008



Il s'est assis. Je venais tout juste de finir de rire avec une collègue.
J'étais en train de faire le pitre, comme toujours.
Ca n'aurait rien eu d'étonnant que je m'étale à côté de ma chaise d'ailleurs.
Pas eu le temps de me maquiller ce matin, mais je me disais qu'avec un bon sourire sur la goule, ça ferait bien plus d'effet qu'un peu trop de fard sur les pommettes.

J'avais le vent en poupe et la prose fleurie des jours de liesse. Prête à accueillir mes patients avec un max de peps qu'eux même n'ont malheureusement pas toujours.
Je pensais, comme bien souvent, au bonheur que m'apporte ce nouveau boulot et surtout la rencontre avec ces gens venus des quatre coins du monde (Taïwan, Equateur,Colombie, Chine,Islande, Philippines, Antilles,Baraïm, Arménie,Congo, Magrebh...etc....).

Parler est fabuleux, surtout quand je parviens à comprendre l'accent de tous et ce n'est pas gagné d'avance ! Mais quelle richesse pour peu qu'on s'intéresse aux autres, les gens ont des tas de choses à dire et n'attendent que ça.
Et c'est pour cela que j'étais en train de me dire que j'avais une sacrée chance de venir chaque matin bosser avec le sourire...


Et puis, il s'est assis. Et je n'ai plus vu que lui. Je savais,  je ne sais pas pourquoi, je savais qu'il viendrait à mon guichet et pas à un autre.
Je lui ai dit "bonjour" dans un large sourire, comme avec tous les autres. Sa voix était douce, aimable. Je n'ai même pas tremblé. Emue pourtant.

J'avais les mots, et la ritournelle de tous les jours "carte vitale, pièce d'identité, mutuelle" mais l'émotion en plus devant cet homme.
J'ai d'abord baissé les yeux. Puis...je me suis dit "Non, pourquoi? Pourquoi faire autrement. Reste la même justement. Justement là "

Il était assis. J'ai levé les yeux, j'ai souri sans compassion, avec plaisir pour que cet accueil, ce premier pas dans ce qu'il convient d'appeler "l'usine à malades" soit comme à chaque contact le meilleur possible. La maladie doit être au dessus de tout et surtout de nos humeurs.

Il m'a regardée à son tour et sa voix a souri. A ce moment là j'ai su qu'on se comprenait.

J'ai appris aussi qu'on pouvait sourire autrement qu'avec son visage, qu'il y avait toujours un moyen.
Ce matin là, la télé-réalité avait un affreux goût de chiottes. Les affaires multi médiatisées m'écoeuraient. Le voyeurisme encore plus.
Je souriais à un homme sans visage, défiguré au delà du supportable, mais j'avais une émotion énorme en moi, pas très différente des autres fois : Il m'avait rendu ce sourire comme il avait pu, c'était un ptit bonheur certes et une sacrée leçon de vie...
Il y a sur cette Terre de magnifiques personnes. Ne les gâchons pas par nos peurs ou notre indifférence. Et je reste convaincue qu'il y a tant de choses à se dire, à écouter de l'Autre...
La maladie fait parfois peur, c'est vrai, alors si un sourire peut en soulager un peu le poids...

J'avais la ritournelle dans la voix quand il s'est assis, alors j'ai continué à chanter...












Publié dans Le Fusain de Nan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sieglind la dragonne 04/06/2008 07:41

PS rien à voir enfin presque, ça fait partie de ta page tout de même, mais j'étais écroulée de rire en lisant ta description de mon bidouillage sur OB, pour quelqu'un qui a toujours eu des dents de merlu, aux dires "génétriciens" ! Pour les autres, "ah... elle a des dents ?" je l'entendais souvent je n'ai pas ce qu'on appelle le sourire chevalin question grandeur des chicots c'est pour ça, et me voir traiter de "croc de taille incontournable" désolée, ça a fait "chtonk" (très flattée par contre ma belle hé, hé !
Re-bises pour la peine

sieglind la dragonne 04/06/2008 07:36

J'aurais fait pareil, j'ai une "démoniaque" horreur (pourquoi sainte d'abord hé, hé)de la pitié et de la gêne de" ceux qui ne voient que l'enveloppe des autres, si elle ne colle pas avec leur trombinoscope moral, zou ! hors de nos vues réduites et loin de nos pensées étriquées de trois tailles (au moins !)
Bises ma belle !

Adûnä Faël 02/06/2008 01:00

Très forte émotion une nouvelle fois à la lecture de ces lignes !
Bises, Adû

françoise 31/05/2008 09:01

Tout ce que j'aurai pu dire a été dit par Syl'....je partage à 300% cet avis
bisous
françoise

Quichottine :0010: 31/05/2008 07:31

Ton texte est magnifique...
Un sourire, c'est beau, toujours, mais si l'on peut l'échanger ainsi, c'est splendide !

Merci à Sylviane de m'avoir conduite par ici !